Aller au contenu principal
x

Sous-catégorie: Efficacité énergétique

  • Le coefficient de performance (ou COP), souvent utilisé pour déterminer l’efficacité énergétique d’une pompe à chaleur, est le rapport entre la quantité d’énergie utile fournie et la quantité d’énergie utilisée pour faire fonctionner le système. Le résultat (COP) est un nombre sans unité car l’énergie fournie et l’énergie utilisée doivent être exprimée dans la même unité. Plus le COP est grand, plus la pompe à chaleur sera performante.
  • Définition Mode de chauffage utilisant l'énergie de la terre et du sous-sol. Les échanges thermiques peuvent aussi être inversés dans le but de climatiser l’habitation. Le fluide caloporteur est l’eau, l’eau avec glycol, un fluide frigorigène ou encore l’air dans le cas du puits canadien. La profondeur de forage est en fonction de la température désirée. Dans le cas du puits canadien, on parle de « géothermie très basse énergie » dont la température émise oscille entre 10 et 30°C.
  • Le système de cogénération est un principe de production simultanée d’énergie thermique et mécanique à partir d’un même procédé et d’une unique source d’énergie. L’énergie mécanique est le plus souvent transformée en énergie électrique à travers un alternateur, et l’énergie thermique est récupérée pour les systèmes nécessitant de la chaleur (chauffage, procédé…).
  • BEPOS signifie: Bâtiment à Énergie POSitive Label pilote de l’association française Effinergie visant les bâtiments qui produisent, sur une base annuelle, plus d’énergie qu’ils n’en consomment pour leur fonctionnement. Prérequis - Haute performance énergétique Le bâtiment doit répondre aux critères du label BCC-effinergie et à la réglementation thermique française RT 2012. - Production d’énergie
  • Lorsqu’un volume est chauffé, la quantité d’énergie transmise à l’air ambiant (sous forme de chaleur) est fonction de la différence de température entre l’émetteur et la température ambiante, mais aussi de la surface d’échange de chaleur. En effet, plus la surface d’échange est importante, plus il y aura de transfert de chaleur. De même, plus la différence de température entre l’émetteur et la température ambiante est grande, plus le transfert de chaleur sera important.
  • Définition Appelé aussi puits provençal, lorsqu’il est utilisé pour climatiser, le puits canadien est un système de préchauffage de l’air fonctionnant sous le principe d’un échangeur thermique air-sol, similaire au système de géothermie. Système à très basse consommation, il est souvent utilisé dans les bâtiments passifs.
  • Les différentes formes d’énergies n’ont pas toutes la même qualité. On parle de noblesse de l’énergie. Plus une énergie est noble, plus elle peut être utilisée efficacement pour accomplir de multiples tâches. Par exemple, un bol d’eau chaude contient de l’énergie sous forme thermique et une pile électrique contient de l’énergie pouvant être délivrée sous forme d’électricité. Le bol peut contenir une quantité d’énergie thermique égale à la quantité d’énergie électrique que peut délivrer la pile.
  • La résistance thermique caractérise la capacité d’un matériau à freiner le flux de chaleur qui le traverse. La résistance est établie selon l’épaisseur (e) et la conductivité thermique (l) du matériau. Le rapport entre ces deux facteurs (e/l) est exprimé par les valeurs RSI (m²· o C/W, système international métrique) ou R (hr·pi²· o F/Btu, système impérial). Les fabricants utilisent ces valeurs pour exprimer la valeur isolante d’un produit. Plus les valeurs RSI ou R sont grandes, plus le matériau offrira une résistance thermique élevée.
  • Une thermopompe, ou pompe à chaleur (PAC), est un système thermodynamique de transfert de l’énergie thermique. Elle extrait la chaleur d’un milieu (et la rend plus froide encore) pour la transférer à un autre. Elle fonctionne suivant un cycle frigorifique/calorifique, selon le même principe que le réfrigérateur (ou inversement). En hiver, ce système de chauffage permet de capter l’énergie calorifique de l’air extérieur par exemple, pour chauffer l’intérieur des bâtiments. Et inversement en été, elle extrait la chaleur intérieure.
  • Le verre électrochromique est un verre dynamique, qui a la propriété de changer de couleur de manière réversible lorsqu’une charge électrique y est appliquée. Dans ce cas, on parle d’une teinte électronique, variable, qui permet notamment d’éviter les gains excessifs de chaleur interne.
  • Le verre thermochromique a la propriété de changer ses propriétés optiques en fonction de sa température, et ce, de manière réversible. De manière générale, cette propriété est donnée au verre en déposant un mince film de plastique, enduit de dépôts d’oxydes métalliques entre deux feuilles de verre. Les oxydes métalliques subissent un changement de phase à certaines températures, ce qui affecte la transparence du verre. Plus précisément, il y a passage d’un état semi-conducteur clair vers un état associé au comportement métallique de type absorbant.